Le Pecq sur seine : Préoccupation des écologistes dans leur ville !

Les écologistes ont adressé une lettre, le 23 Avril 2018, à madame le Maire du Pecq pour lui faire part de leurs préoccupations en ce qui concerne l’aménagement du centre ville.

Depuis très longtemps ce centre ville devait faire l’objet d’une réhabilitation et le nouveau PPRI a orienté ces futures constructions. Il n’est donc possible que de construire des bâtiments pouvant être évacués en deux heures. Toutefois, même si ces constructions redonneront une vie à cet espace, nous souhaitons que ces futures créations soient effectuées dans l’optique du développement durable, du respect de l’environnement et conservation des espaces verts existants.
« 

Madame Laurence BERNARD

Maire

Hôtel de ville

78230 LE PECQ

Le Pecq le 23 Avril 2018

Aménagement du Cœur de ville

Madame le Maire,

Plusieurs réunions d’information ont été programmées pour exposer aux Alpicois le devenir de ce cœur de ville et les projets ambitieux s’y rattachant.

Le souci des écologiques concernant la restructuration est la préservation au maximum de cet espace dans l’optique du développement durable. Certes, le parc Corbière est un espace vert bien agencé et agréable, toutefois il est à l’opposé de certains quartiers et non desservi par les transports en commun, ce qui réduit sa fréquentation pour tous les habitants n’ayant pas de moyen de transport. Cela vaut particulièrement en semaine, lorsque des mamans et des assistantes maternelles promènent les enfants. Le quartier des Vignes Benettes est particulièrement pénalisé par les transports le week-end.  D’autre part le taux de la pollution devrait être considérablement réduit par des transports en circulation douce. Ce qui n’est pas le cas dans l’intercommunalité.

Nous souhaitons que ce cœur de ville soit le plus possible arboré (conservation des arbres existants) et aménagé en sorte que toutes les générations puissent profiter d’un espace aéré et ludique. De même, les platanes de l’avenue Charles de Gaulle devront être préservés. Si le petit square de l’avenue est maintenu, cela serait bien qu’il soit protégé de la circulation par une haie végétale identique au parc Jean Moulin.

En ce qui concerne l’attractivité de la ville et l’installation des commerces dans ce « Coeur de ville »:

  • S’inspirer de ce qui s’est fait dans d’autres villes. Comme à St Brieuc qui a obtenu le label « Ville d’art et d’histoire » (la ville a de nombreux atouts : arrivée de la première ligne de train, patrimoine religieux….). Mais aussi généraliser le projet « A fleur de trottoir » à tous les quartiers pour participer au nouveau prix « Sentes, trottoirs et murs fleuris » du concours « Villes et Villages fleuris » créant aussi du lien social intergénérationnel.
  • Travailler en concertation avec les commerçants actuels pour analyser les initiatives locales favorables à tous. Peut-être qu’un commerce de produits yvelinois (yaourts de Thiberval Grignon, bière de Triel, pâtisseries bio –primées par le Conseil Général- de Montalet les Bois…) pour les touristes et diffèrerait de ce qui est proposé actuellement au Pecq, un magasin d’articles de pêche, un kiosque à journaux/librairie spécialisée (tourisme local) en relation avec l’office du tourisme seraient intéressants
  • Proposer des tarifs de stationnement attractifs pour les clients des commerces et restaurants
  • Prévoir un parc de stationnement vélos suffisant pour éviter l’accrochage de vélos à des endroits inadéquats 
  • Ouvrir les restaurants notamment en fonction des jours de programmation du Quai 3 
  • Autoriser les bateaux de promenade durant l’été (comme Croissy, Chatou et Rueil) à desservir le port du Pecq ainsi que les petits bateaux de touristes avec aménagement d’une petite capitainerie. Ceci en partenariat  avec le Yacht Club.

La création de ce nouveau centre ville doit assurer la liaison avec les quartiers par des pistes cyclables sans rupture de trajet (seules les berges de Seine sont desservies) pour permettre à tout Alpicois de partir de chez lui en toute sécurité. La création de pistes cyclables pour monter et descendre de Saint Germain en Laye est une excellente nouvelle. Mais aussi prévoir un encorbellement du pont ou une passerelle pour réduire la fracture entre les deux rives de Seine mise en évidence lors des marches urbaines. Les Alpicois de la rive droite sont peu enclins à traverser la  Seine pour faire leurs courses. Il conviendrait aussi de proposer un service de bus pour les Alpicois non motorisés.

Une ville n’est vivante qui si ses aménagements sont faits pour tous. La population est vieillissante et en même temps « rajeunit », il est donc important que soient conçus des infrastructures permettant un rapprochement intergénérationnel. Le vivre ensemble commence en général chez le boulanger… Le manque de commerces est difficile à admettre, et il faut aussi tenir compte d’un pouvoir d’achat amoindri, que les Français se détournent des grandes surfaces, qu’il est de plus en plus difficile compte tenu des trajets pour se rendre sur son lieu de travail et du temps passé dans son emploi de se rendre dans une « grande surface » surchargée les samedis. Les offres de ces grandes surfaces sont limitées et sont des vitrines de marketing, alors que les consommateurs souhaitent un service approprié d’aide et de conseil. D’ailleurs la baisse de fréquentation des grandes surfaces est significative au point qu’elles s’emploient à ouvrir des petites structures de proximité. Il fut un temps où les grandes surfaces se vantaient de la destruction des petits commerces des centres villes au profit d’un large choix dans leurs magasins. Elles essayent maintenant de s’implanter dans ces mêmes centres au détriment de particuliers qui voudraient ouvrir leur commerce. Il faut reconnaître que ces derniers ne sont pas aidés pour que cela se fasse. Il est donc important que soit créé ce Cœur de ville avec les commerces existants.

La préoccupation des écologistes concerne également les futures constructions. La pollution générée par les bâtiments et la consommation d’énergie sont à revoir pour préserver le futur. Nous souhaitons que ces bâtiments après avoir fait procéder à l’évacuation des gravats issus de la démolition des structures en ruine se fassent avec discernement et respect de la nature. De même la construction des nouveaux bâtiments se doivent d’être en HQE. Ce nouveau lieu de vie devrait être exemplaire pour inciter les Alpicois à procéder de leur côté à mieux respecter la nature par des aménagements adéquates. Ce que nous faisons aujourd’hui est ce que nous laissons à nos enfants et petits enfants. La maîtrise de l’énergie et la gestion des déchets sont d’autant plus importantes que si elles ne sont pas prises en considération, elles pénalisent lourdement le développement durable.

La création de ce Cœur de ville, est aussi de revoir les offres de service de la ville comme :

– Proposer un lieu d’animations, d’expositions (ex d’artistes locaux) complétant la programmation de la MPT et de la mairie, ouvert le week-end 

– Offrir une médiathèque aux lycéens et étudiants avec des horaires à amplitude large (préconisation E. Orsenna). Le vivre ensemble comporte un aspect culturel et pas seulement commercial.

Nous restons à votre disposition si vous souhaitez nous rencontrer et vous prions de croire, Madame le Maire, à nos sentiments respectueux. »

 

Laissez un commentaire

Remonter